NZNTV

NOYAUZERONETWORK.ORG / GENEVA, SWITZ.
L’invincible Mikis Theodorakis est mort

PREMIER ACCORD Journée noire pour la culture grecque, la musique grecque, la politique grecque. L’inégalable Mikis Theodorakis est décédé à l’âge de 96 ans.

Compositeur, parolier, homme politique, Mikis Theodorakis a scellé sa présence et son activité au 20ème siècle et est considéré, à juste titre, l’un des compositeurs grecs les plus importants avec un impact mondial. En tant qu’homme politique, il a été ministre et quatre fois élu membre du parlement grec avec le KKE et le ND, tout en étant un militant honoré du prix Lénine de la paix en 1983.

Une vie – un roman

Le grand compositeur est né à Chios et depuis son enfance il se passionne pour la musique. Il écrit ses premières compositions à l’âge de treize ans.

Pendant l’occupation de la Grèce, il est d’abord arrêté à Tripoli en 1942 par les occupants italiens. Au cours des années suivantes, il a été arrêté et torturé à nouveau.

Dès sa libération, il est entré dans la clandestinité à Athènes et s’est organisé au sein du Front de libération nationale (EAM).

Bien qu’il ait participé à la Résistance, il suit en parallèle les cours du Conservatoire d’Athènes près de Philoctète Economides.

Après la Libération, il participe à la guerre civile de 1945-1949, au cours de laquelle il est arrêté à plusieurs reprises. En effet, le 26 mars 1946, lors d’une manifestation, il est si violemment battu par la police qu’il est présumé mort et conduit à la morgue.

Il a d’abord été exilé en 1947 à Ikaria et en 1948, il a été transféré à Makronisos, où il a été soumis à d’horribles tortures.

Mikis Theodorakis est l’un des rares à avoir réussi à survivre à cet enfer, même si dix ans plus tard, il a souffert de la “fièvre de Makronissos”, conséquence de tortures et d’épreuves.

En 1950, après des examens au Conservatoire, il obtient le diplôme d’harmonie, de contrepoint et de fugue et le 5 mai, son œuvre “Asi-Gonia” est présentée.

En 1953, Mikis épouse Myrto Altinoglou et l’année suivante il obtient une bourse en France, où il s’inscrit au Conservatoire de Paris avec les professeurs Eugène Bigot et Olivier Messian.

En 1957, son œuvre “Suite n°1 pour piano et orchestre” remporte une médaille d’or au festival de Moscou, tandis que ses œuvres “Antigone” (chorégraphie de John Cranco au Coven Garden), “Les amants de Teruel” (Ludmila Cerina Ballet) et “Le feu aux poudres” connaissent un grand succès à Paris et à Londres.

C’est alors qu’il obtient une reconnaissance internationale en tant que compositeur classique lorsqu’il découvre la musique folklorique grecque.

Il compose “Lipotaktes” dans les paroles de son frère Giannis et “Epitaph” dans la poésie de Giannis Ritsos, des œuvres qui ont marqué la renaissance de la musique grecque.

La droite en Grèce le considère comme l’un de ses plus grands ennemis. Lorsque Grigoris Lambrakis est assassiné, Mikis Theodorakis prend la tête de la Jeunesse Démocratique Lambrakis, qui gagnera 50 000 membres et deviendra la plus grande organisation politique de Grèce.

Il a été élu au Parlement et avec les « Lambrakides », il a fondé plus de deux cents centres culturels dans son pays, tout en continuant à composer sans cesse en utilisant certains des plus beaux textes de la littérature grecque des XIXe et XXe siècles.

Le coup d’État du 21 avril 1967 force Mikis Theodorakis à retomber dans la clandestinité.

Il est arrêté le 21 août 1967 et placé en résidence surveillée avec sa famille à Vrachati puis à Zatounan, village montagnard d’Arcadie (où il compose le cycle de compositions “Arcadia” I-XI).

Il est ensuite transféré au camp de concentration d’Oropos et finalement exilé de Grèce, après de nombreuses manifestations de solidarité à l’initiative des compositeurs Dimitri Chostakovitch, Leonard Berstein, de l’écrivain Arthur Miller, ou encore du chanteur Harry Belafonte de nombreux autres pays.

Le 13 avril 1970, Theodorakis arrive à Paris et en tant que chef du « Front patriotique » poursuit son combat. Il y rencontre le poète chilien Pablo Neruda.

Ses tournées à travers le monde et des milliers de concerts consacrés à la restauration de la démocratie en Grèce, font de lui un symbole vivant de la résistance contre la dictature.

Après la chute de la dictature, il rentre en Grèce le 24 juillet 1974.

Theodorakis redevient la cible d’attaques, cette fois de gauche, parce qu’il défend Konstantinos Karamanlis, dans sa tentative de transition en douceur vers la démocratie et par crainte d’un autre coup d’État.

En 1980, il repart pour Paris, où il commence son œuvre symphonique dans les années 1950.

Il achève la composition du “Canto General”, en poésie de Pablo Neruda, une œuvre qui, avec “Zorba” et “Axion Esti”, fait de lui un compositeur de renommée mondiale.

En 1981, Theodorakis a été élu au Parlement grec tandis qu’en 1986 il a démissionné de son siège pour se consacrer à son travail musical.

En 1987, son premier opéra “Kostas Karyotakis” est présenté à Athènes et en 1988 son ballet “Zorbas” remporte un succès triomphal aux Arènes de Vérone, tandis qu’il est présenté à Varsovie et à Lodz, en Pologne.

En 1989, Theodorakis a appelé à une coalition entre la Nouvelle Démocratie et la Gauche pour nettoyer les scandales financiers imputés au gouvernement PASOK.

Après les élections d’avril 1990, Mikis est devenu ministre d’État dans le gouvernement de Konstantinos Mitsotakis.

Il quitte le gouvernement en avril 1992 et prend pendant deux ans la direction générale des Ensembles musicaux de la radio et de la télévision hellénique (ERT).

Le 5 octobre 1990, son opéra “Medea” est joué à Bilbao, tandis qu’en 1992 il écrit “Canto Olympico” pour les Jeux Olympiques de Barcelone, commandé par Juan Antonio Samaranc, ancien président du Comité International Olympique.

L’opéra “Electra” d’Euripide connut un succès triomphal à Luxembourg, Capitale Européenne de la Culture 1995, au Théâtre Jelki de Poznan (Pologne) et achève en 1996 la composition de son quatrième opéra “Antigone” et de son premier Concerto pour Bio et orchestre.

Jusqu’aux derniers mois de sa vie, il a continué à travailler et à donner des concerts, à des fins sociales et politiques, alors qu’il s’immisçait souvent dans les affaires politiques du pays.

L’action politique de Mikis Theodorakis

Ayant passé la majeure partie de sa vie sous le prisme de la publicité grecque et internationale, Mikis Theodorakis était une référence, un symbole et une source d’inspiration. Sa vie mouvementée a connu quarante vagues et son action politique est devenue l’objet de discussions, de polémiques et même de critiques.

Mikis Theodorakis est né le 29 juillet 1925 à Chios. En 1943, il s’installe définitivement à Athènes. Alors que la Grèce se bat contre l’Allemagne nazie d’Hitler, M. Theodorakis développe une action de résistance, dans les rangs de l’EPON et du KKE.

Peu de temps après, pendant la guerre civile (1946-1949), il fut d’abord exilé à Ikaria puis à Makronisos.

“Lors du transfert d’Ikaria à Makronisos, nous n’avons pas été autorisés à emporter beaucoup de choses avec nous”, écrit Mikis lui-même, racontant les événements. “Ils nous ont attrapés d’un coup à l’invitation du matin et nous ont conduits au sous-sol de la gendarmerie, à Evdilos. Nos colocataires devaient nous apporter ce dont nous avions besoin. Je leur ai demandé de ne mettre que mes notes dans ma petite malle… Quand nous sommes arrivés à Makronisi, ils nous ont conduits dans un immeuble au bord de la mer et nous ont dit de laisser nos affaires pour être vérifiés plus tard. Ensuite, nous avons dû monter les tentes, car la journée était pluvieuse et il y avait un fort vent du nord.

Quand nous y sommes allés, il y avait les deux cages, A et B, avec cinq cents prisonniers chacune. Ils étaient isolés, séparés par un grillage jusqu’à trois mètres de haut. Il y avait un couloir étroit entre eux et nous l’avons grimpé pour aller plus haut, où nous installerions nos propres cages, C et D. Après que les endroits aient été marqués, ils nous ont donné une tente pour 14 personnes et nous devions maintenant la monter . Ma scène était E5 dans D Klovos, au-dessus de B “.

Dans le port d’Ai-Giorgis, sur le chemin des boulangeries de Makronissos, Mikis Theodorakis se souvient*, “(…) mon cœur battait si fort que j’ai cru que ça sonnait comme un tambour. L’officier s’est mis en colère et a commencé à nous injurier. Puis, s’adressant aux gendarmes, il a crié « Pendez-les ». Et ils ont commencé à nous frapper avec la crosse de leurs armes. Rochetto et moi (plus tard professeur à l’École polytechnique) et moi sommes restés derrière, là où la plupart du bois est tombé, pour protéger les plus fins et les plus fins. Nous étions à la fois grands et forts. Derek ! En entrant dans le bataillon B’ par le portail, nous nous sommes figés en regardant les soldats alignés ici et là. C’était un silence terrible alors que nous passions entre eux et que nous nous disions “maintenant ils vont se précipiter pour nous dévorer”. Mais rien ne s’est passé (…) “

En sortant de l’autre porte, les alfamites du 1er bataillon nous attendaient dans une jeep. Ils tenaient des battes épaisses et longues et ont commencé à nous frapper sans pitié, tandis que dans le même temps les jeeps prenaient de la vitesse et nous forçaient à courir. J’ai travaillé autant que j’ai pu en courant et en portant le bogo avec les quelques vêtements et dessins de la Première Symphonie en essayant d’éviter les chauves-souris. Dans un instant j’en donne un et le jette sur les rochers. Je revois les notes prises par le vent et certaines par les montagnes et d’autres par la mer. Je leur ai à peine dit un « bonjour » précipitamment parce que j’ai soudain vu l’horrible spectacle devant moi. Le ravin avec les quelques rangs (dirigés par le lieutenant d’alors et plus tard le général de la junte Ioannidis) et autour des hordes de centaines de tortionnaires brandissant des lances menaçantes en bambou, chauves-souris et chaînes. Puis j’avoue que je ne m’intéressais plus à la Première Symphonie ni à aucune autre musique. Le monde dans lequel j’allais bientôt entrer n’avait pas de place pour un tel luxe. “Mon esprit a erré et a refusé d’accepter ce qui nous attendait.”

Quelques mois plus tard, Mikis est libéré. En 1950, il sort diplômé du Conservatoire avec un diplôme d’harmonie et en 1954, il part avec une bourse à Paris, où il s’inscrit au Conservatoire et étudie l’analyse musicale pendant une courte période. La période 1954-1960 est une période d’intense activité pour Theodorakis dans le domaine de la musique européenne.

En 1963, après l’assassinat de Grigoris Lambrakis, la “Jeunesse Lambrakis” est fondée, dont il est élu Président (1963-1967). Dans le même temps, il a été élu membre de l’EDA.

Le 21 avril 1963, le “Comité pour la récession internationale et la paix” organise le premier marathon de la paix. Le cours est interdit. Plusieurs milliers de manifestants sont arrêtés, dont Mikis. Seul, le député de l’EDA Grigoris Lambrakis, qui est protégé par l’immunité parlementaire, poursuit le cap jusqu’à son terme. Un peu plus tard, lorsque Lambrakis aura été assassiné, Mikis écrira en Athinaiki :

“..En perdant des Lambrakis, nous avons gagné des milliers de jeunes Lambrakis, des milliers de soleils qui réchaufferont et illumineront sa mémoire.”

En juin 1963, Mikis Theodorakis et une vingtaine de scientifiques, artistes, ouvriers, étudiants et journalistes grecs fondent le Mouvement de la jeunesse “Grigoris Lambrakis” (DKNGL) dont il est élu président.
Lors des élections législatives du 16 février 1964, Mikis Theodorakis est élu membre de l’EDA dans la 2e circonscription du Pirée.

Le 21 avril 1967, il entre dans la clandestinité et lance son premier appel pour la Résistance contre la dictature le 23 avril. En mai 1967, avec d’autres, il fonda la première organisation de résistance contre la dictature, le PAM, et en fut élu président.

Arrêté en août 1967.

Deux heures après la déclaration du coup d’État des Colonels, Mikis Theodorakis prépare un premier appel à la résistance. Deux jours plus tard, il publie un deuxième appel à la résistance et commence à écrire les premières chansons de résistance. Sa musique est interdite par un décret spécial.


Le 28 avril 1967, Mikis rencontre les Lambrakides qui ont échappé à l’arrestation. Ils décident de créer le Front patriotique. Mikis Theodorakis est nommé président du PAM.
En août, il a été arrêté et conduit à la Sûreté générale d’Athènes. Le 2 novembre, une grève de la faim commence en signe de protestation car il n’est pas traduit en justice par les camarades arrêtés par le PAM. Dix jours plus tard, il a été conduit à l’hôpital pénitentiaire d’Averoff. Le 15 novembre débute le procès des 31 prévenus du PAM devant le tribunal militaire d’Athènes, sans Mikis Theodorakis.

Le 27 janvier 1968, grâce à la pression internationale, Mikis Theodorakis est libéré de prison et assigné à résidence à Vrachati.Quelques mois plus tard, en août 1968, Mikis est emmené en exil avec sa famille à Zatouna, en Arcadie. 

Le cycle de persécution et d’exil pour le compositeur s’achèvera en 1970 avec l’amnistie qui lui sera accordée, après un tollé international. Il ira à l’étranger et donnera des dizaines de concerts contre les colonels, ce qui le fera connaître partout comme un symbole de la lutte anti-dictature.


En février 1971, Theodorakis fonde le « National Resistance Council » (EAS), qui vise à unir toutes les forces anti-dictature. Le premier événement EAS a lieu le 2 mai 1971 à Düsseldorf, en Allemagne.

En mars 1972, Mikis Theodorakis a quitté le KKE Esoterikou, auquel il avait adhéré après la scission du KKE en deux factions. Il poursuit ses tournées, qui sont à la fois un appel à la résistance et à la lutte.


En juillet 1974, avec la chute de la dictature, il est revenu en Grèce en tant que symbole national anti-dictature, exprimant l’opinion que la solution de Karamanlis était la seule issue possible de la dictature sans conflits sanglants. Bien sûr, la manière schématique dont il a été formulé (Karamanlis ou tanks) a suscité des réactions.

Mikis a expliqué que « Karamanlis ou chars » a émergé : « .. Je me réfère ici à ma phrase bien connue à propos de Karamanlis : Il est vrai que depuis janvier 1973 j’avais publiquement proposé une « solution Karamanlis ». Mais “Karamanlis ou Tanks” est entré dans l’histoire. Bien sûr j’étais d’accord avec la solution de transition Karamanlis, mais comme un slogan “Karamanlis les chars” est ressorti comme suit : j’ai répété dans “Zoom” puis avec de jeunes chanteurs, Dalaras, Mitsias, Farantouri bien sûr, Kalogiannis, pour effectuer les fameux concerts, les historiques de Karaiskaki. Et nous avions prévu après, nos concerts à Athènes et au Pirée, pour aller en province. Nous les avons annoncés. Ce jour-là, j’ai appelé les journalistes qui m’ont vu pour la première fois, Après tant d’années à diriger un orchestre en répétition, c’était une grosse charge émotionnelle, et au moment où j’ai terminé la répétition, j’étais prêt à faire la conférence de presse et à annoncer le programme. À ce moment-là, le téléphone a sonné et je pense que c’était M. Molyviatis ou quelqu’un du bureau de M. Karamanlis. Il m’a dit “Monsieur le Président vous demandera de limiter vos concerts uniquement à Athènes”. Bien sûr, j’ai répondu et je sais, encore une fois par la répétition et l’enthousiasme du peuple, que le gouvernement Karamanlis démarre très mal. Cela veut-il dire qu’il m’interdit de faire des concerts ? Et si je le fais, que se passera-t-il ? “Oui, dit-il, nous l’interdisons. “Il y a des raisons pour lesquelles vous ne devriez pas sortir.” Bien sûr, ma façon de parler était aussi un peu maladroite et nerveuse, mais en arrière-plan, Karamanlis avait peut-être raison, craignant ce qui se passerait dans la province. Cela pourrait être provocateur. En tout cas, je me suis fâché et j’ai dit aux journalistes : « Pour le moment, ils ont appelé au nom de M. Karamanlis et m’ont interdit de quitter Athènes. Il commence très mal le gouvernement du pays avec des interdictions. Et en ce moment on est peut-être dans une très mauvaise situation et on a Karamanlis d’un côté et les tanks de l’autre, mais il n’a pas le droit de commencer avec des bans”. C’est-à-dire que c’était une plainte de Karamanlis, car ça a mal commencé en m’interdisant de faire des concerts. Et l’autre jour, “Vradyni” s’intitulait “Karamanlis ou tanks”. Dois-je le nier ? dire que ce n’est pas le mien ? puisque j’étais essentiellement d’accord, car j’avais proposé une solution Karamanlis. Mais ce n’était pas ma devise. De plus, Karamanlis était toujours en admiration avec moi, il voyait l’encens un peu comme le diable. “Quand je suis devenu le chef des Lambrakis, j’étais inextricablement lié à sa conscience avec une blessure pour laquelle il n’était pas impliqué, à l’exception du fait qu’en tant que gouvernement il n’a rien fait pour frapper les organisations parapubliques…”

En 1975, alors qu’il était élu à la tête de la CEDH, il était ouvertement en faveur d’un gouvernement de coopération nationale.

En 1978, il reçoit sur le toit de sa maison la visite du « dur KKE », Grigoris Farakou. Mikis Theodorakis accepte de se présenter comme candidat du KKE aux élections municipales d’octobre. Ce réchauffement de leur relation avait commencé un an plus tôt avec le Mouvement de la gauche unie. 

 En 1981 il est élu député avec le KKE à B’ Le Pirée et en 1985, toujours avec le KKE, député d’Etat. Ce cercle se referme en mai 1986 lorsqu’il démissionne de son poste de député.

En 1988, Mikis « secoue » les eaux de la scène politique, proposant la formation d’un gouvernement de coopération SW-Gauche, au milieu du bruit et des bouleversements politiques provoqués par le scandale Koskotas.
Après des concours électoraux successifs, en 1990 Mikis Theodorakis a été élu député en tant que collaborateur indépendant avec ND et a succédé comme ministre sans portefeuille malgré le Premier ministre, dans le gouvernement de Konstantinos Mitsotakis.

En avril 1992, Mikis Theodorakis démissionne de son poste de ministre. En février 1993, il a démissionné de son poste de député. 

Le 1er décembre 2010, Mikis Theodorakis a annoncé la création d’un mouvement de citoyens indépendants appelé « Spitha ».

En 2015, lors de l’élection de SYRIZA en tant que gouvernement, il y était d’abord favorable, puis il l’a fortement critiqué. Lors du référendum du 5 juillet, il a voté pour le non.

Le 4 février 2018, Mikis Theodorakis a choisi d’être l’orateur principal du rassemblement sur la place Syntagma pour la Macédoine. Son discours sur la nomenclature de la Macédoine a provoqué une tempête de réactions au sein de la gauche. comme, entre autres, Mikis a pris soin de se retourner contre… “le fascisme de gauche”, rappelant le terme de guerre civile “fascisme rouge”.

Une décennie s’est écoulée lorsque Mikis Theodorakis avait déclaré pour Makedoniko, que “Le nom n’a pas tellement d’importance, tant que les gens vivent en paix”.

* Narration de Mikis Theodorakis dans le “Premier accord” qu’il a écrit à Makronisos.  

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.