NZNTV

NOYAUZERONETWORK.ORG / GENEVA, SWITZ.
Grèce-Turquie: un conflit séculaire

SIMERA “Erdogan est provocateur, Akar est provocateur, nouvelles provocations de Tsavusoglu, la Turquie continue les actions provocantes, provocation incroyable d’un conseiller du président turc, remise en cause provocante du droit international, provocations répétées d’aviateurs turcs, provocante l’histoire “.

Avec le substantif «provocation», l’adjectif «provocateur» et le verbe «provoquer» commencent les déclarations de presque tous les politiciens grecs et les reportages des médias grecs en se référant aux relations  gréco-turc. Il est considéré comme une obligation presque patriotique. Telle est la rhétorique du personnel politique du pays et de la plupart des médias ces dernières semaines. C’était également le cas les années précédentes à quelques exceptions près, en particulier pendant les périodes où il y avait une tentative de dialogue et de soulagement des tensions.

Les pauses de la coexistence pacifique ont été courtes et courtes. Dès que leur cercle a été fermé, et que la Grèce et la Turquie ont convenu qu’elles n’étaient pas d’accord, nous sommes revenus à l’état antérieur des représailles verbales, de leontarisme répulsif, d’intransigeance exonérée d’impôt et de démonstration de puissance militaro-militaire par la Turquie, diplomatique par la Grèce.

Parfois, il y avait des épisodes chauds, parfois nous étions très proches d’un conflit, ce qui a été évité à la dernière minute soit parce que la sagesse régnait, soit parce qu’on estimait qu’une guerre coûterait cher dans les deux pays, soit parce que, parfois à l’instigation , parfois volontairement, le facteur étranger, à savoir les États-Unis, est intervenu et a forcé la Grèce et la Turquie à se replier et à discuter même à un niveau inférieur – les fameuses mesures de confiance.

Nous vivons en crise avec la Turquie bien avant qu’Attila n’envahisse Chypre, dans une … guerre réglée. Le personnel politique grec de toutes les nuances idéologiques (approche différente du KKE) a transmis au public la perception que la Turquie provoque de façon permanente, nous défendons, nous avons le droit international de notre côté, mais l’Union européenne, l’OTAN et Les États-Unis (constamment sous Trump) évitent de nous soutenir, se cantonnent à des coups amicaux dans le dos, font parfois preuve de compréhension et exhortent la Turquie à cesser de revendiquer des zones maritimes contestées (nous affirmons certainement qu’elles sont les nôtres), mais gardent généralement des distances égales, se faisant passer pour le Pilate pontique, appelons à la désescalade mais sans blâmer, comme nous le voudrions, les dirigeants turcs, inviter les deux parties à s’asseoir à la table de dialogue et proposer de jouer le rôle de médiateur. La Grèce et la Turquie sont officiellement favorables au dialogue.

Mais ils ne sont pas d’accord sur sa portée. Les gouvernements du pays voisin, dans le passé et aujourd’hui, le veulent à tous points de vue. Les gouvernements grecs d’hier et d’aujourd’hui n’acceptent qu’une seule différence, celle du plateau continental et la délimitation de la ZEE. En fait, nous affirmons que c’est la stratégie servie par tous les gouvernements du pays et en particulier ceux de Konstantinos Karamanlis.

Cependant, le «pape de la bourgeoisie domestique» n’était pas aussi strictement attaché à cette ligne, comme il a discuté avec Bulent Ecevit et les Américains d’autres questions soulevées par les Turcs dans des contacts officiels et semi-officiels. Selon une lecture des archives de Karamanlis, lorsque Ecevit a soulevé la question de la démilitarisation des îles en 1975, Karamanlis a répondu: “L’affirmation selon laquelle nous avons violé les accords internationaux n’est que partiellement vraie”.

Car le procès-verbal de la sous-commission qui a traité le cas à Lausanne indiquait que, bien que la démilitarisation des îles ait été acceptée, l’application de ce terme ne priverait pas les îles de la défense en cas de menace.

“Ce problème peut être résolu d’une manière qui répond aux exigences de sécurité des deux pays lorsque la menace est levée.” Quelques années plus tard, en août 1979, l’ambassadeur américain à Athènes, Robert Makloski, a demandé au gouvernement Karamanlis si “la Grèce cesserait d’étendre ses eaux territoriales à 12 miles si la Turquie acceptait de signer un pacte de non-agression”. Il a reçu la réponse suivante: “Le Premier ministre a répondu par la négative et a expliqué que la question des eaux territoriales pouvait être envisagée dans le contexte du règlement global des problèmes de la mer Égée.”

Dialogue. 

Un mot magique à connotation positive, bien qu’ici et dans le quartier de nombreux politiciens et journalistes croient qu’il s’agit d’un crime d’assujettissement et d’un choix défaitiste. Ils «ne veulent pas la paix, mais avoir un avantage dans la guerre» (F. Savater). Notre peuple rêve que «encore une fois, pendant des années et des années, le nôtre sera à nouveau le nôtre», leurs pairs d’en face imaginent le rétablissement de l’Empire ottoman.

Réductions

Enfin le “coussin” existe. Au final, c’est aussi épais que les précédents, disaient les … tueurs. Il sera éventuellement utilisé par le gouvernement actuel. En fin de compte, les excellents, propriétaires légaux du pays, n’ont pas trouvé de fonds vides, de terre brûlée, de pays en ruine. Enfin le mensonge a des jambes courtes!

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.