NZNTV

NOYAUZERONETWORK.ORG / GENEVA, SWITZ.
Le Tribunal pour la Turquie s’oppose fermement aux tentatives de bâillonnement des procédures par des diplomates turcs

VERITE Lundi 20 septembre à Genève a eu lieu le lancement du Tribunal indépendant pour la Turquie, chargé d’enquêter sur les allégations de crimes contre l’humanité commis par le régime turc. Avant le lancement, dans une tentative flagrante de faire taire les débats, la mission permanente turque à Genève a exercé des pressions diplomatiques sur nos fournisseurs pour tenter de faire annuler l’événement.

Le Tribunal est un rassemblement de juges internationaux de renommée mondiale, d’experts juridiques et d’universitaires qui évalueront les rapports des rapporteurs et écouteront les déclarations des victimes de la torture et des restitutions. Il examinera si l’État turc est coupable de torture systématique des personnes considérées comme opposées au régime, d’enlèvements illégaux dans le pays et à l’étranger et de crimes contre l’humanité.

Six juges indépendants venus du monde entier rendront leur jugement et leur verdict sur la base des preuves présentées le vendredi 24 septembre 2021.

En réponse aux tentatives d’empêcher l’événement d’avoir lieu, le chef du Tribunal pour la Turquie, le professeur Dr. Johan Vande Lanotte, ancien Ministre d’Etat belge a déclaré que, “Les pressions diplomatiques exercées sur les gouvernements de Belgique et de Suisse, l’intimidation des employés et des fournisseurs et les attaques contre notre site web ne nous arrêteront pas.”

Vande Lanotte poursuit, ” Au contraire. En fonction de ce que sera l’avis final du Tribunal, nous préparerons une plainte auprès de la Cour pénale internationale de La Haye, avec des arguments solides. ”

La mission diplomatique turque à Genève a reçu des copies des six rapports et a eu plus de six semaines pour y répondre. Les autorités turques ont également été invitées à assister au Tribunal pour la Turquie et ont disposé de temps chaque jour pour répondre aux preuves soulevées.

Johan Vande Lanotte a révélé la pression qui a été exercée pour faire taire l’événement. “Le gouvernement belge a été contacté par les représentants turcs à Bruxelles avec la demande urgente de me rappeler, car je suis ministre d’État (ce qui est un titre honorifique). Évidemment, cela n’a pas été accepté.

Ici, à Genève, l’ambassade turque a fait pression sur les fournisseurs avec des conséquences économiques. L’Université de Gand – où je suis professeur émérite – a également subi des pressions. “

 Au début du Tribunal, notre site web a été massivement attaqué, mais nous avons survécu. Le Tribunal turc fonctionne sous le titre “Parce que le silence est le plus grand ennemi des droits de l’homme fondamentaux” et met en lumière l’environnement qui règne en Turquie aujourd’hui. A déclaré Vande Lanotte,

Cela montre à quel point la Turquie a peur de la vérité, car c’est la seule chose dont il s’agit au tribunal : la vérité. Nous prenons la parole et nous demandons à des juges du plus haut niveau, dont la réputation n’est plus à faire, d’analyser ce que nous disons, dans le cadre d’un procès. Ceux qui ont peur de cela ont beaucoup de choses à cacher”.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.